Tentatives de suicide au CRA de Lyon

Lyon le 01 Janvier 2012,

DES TENTATIVES DE SUICIDE AU CRA DE LYON

Suite à la parution d’un article dans le quotidien « Le Progrès » le 29 Décembre 2012, relatant diverses tentatives de suicide au Centre de Rétention Administratif de Lyon, la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme tient à exprimer sa pleine indignation.

Depuis de nombreuses années, dans le combat qui est le sien depuis 1898, la Ligue, à maintes reprises, a interpellé les pouvoirs publics sur les conditions déplorables voir inhumaines dans lesquelles les personnes en situation irrégulière sont retenues en ces lieux fermés, austères et froids.

La Fédération du Rhône tient de ce fait à protester une nouvelle fois sur la situation de ces personnes qui un beau jour sont expédiées manu-militari.

Une rétention administrative est une période psychologiquement difficile notamment pour les familles qui ont parfois la triste vision de voir leurs enfants jouer dans la cour de ces infrastructures.

Peut-on l’accepter?

Des individus en arrivent aujourd’hui de façon très inquiétante à vouloir mettre fin à leurs jours, ne doit-on pas rechercher les fondements d’une telle initiative ?

Nous constatons donc que les personnes retenues ne voient l’espoir d’une fin de leur malheur que par la mort et cela la Ligue le condamne très fermement et appelle chacun à en tirer les conclusions qui s’imposent.

A l’heure, où ainsi que l’avait fait remarquer la Ligue, les conditions de détention dans les établissements carcéraux sont apparues aux yeux de l’opinion publique comme étant particulièrement choquantes, dégradantes, contraires à la plupart des grands textes internationaux garantissant le respect d’un certain nombre de droits fondamentaux, la Fédération du Rhône exige que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires à garantir le respect des personnes retenues dans les centres de rétention administrative et à préserver l’intégrité physique et morale d’individus désorientés, démunis.

La Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme demeurera particulièrement vigilante à l’évolution des conditions de rétention administrative et n’hésitera pas à réagir lorsque cela s’imposera.

Rofi Silvio

Président Fédéral