Enfants rroms de Saint Fons 11 février 2013

Lyon le 11 Février 2013,

Suite à la polémique relative à l’existence d’une classe « ghetto » sur le territoire de la commune de St Fons et après être par prudence demeurée silencieuse, la Fédération du Rhône tient à réagir vivement sur plusieurs points.

Tout d’abord, nous dénonçons avec gravité et colère cette situation de réelle discrimination vécue par les enfants rroms de St Fons, qui sont « scolarisés » dans un bâtiment austère, lointain, séparés des autres enfants ce qui évidemment ne favorise pas leur insertion, privés d’accès au restaurant scolaire alors que les conditions climatiques démontrent qu’ils auraient bien besoin d’un repas chaud et enfin le refus de domiciliation alors que les communes sont en devoir de le faire.

Par ailleurs, nous ne nous reconnaissons en aucun cas dans la démarche de ceux qui créent des polémiques nuisibles tant pour les acteurs qui œuvrent péniblement chaque jour pour une meilleure insertion des rroms que pour ces derniers.

De plus, nous nous interrogeons légitimement en vue de comprendre pourquoi des familles se trouvant dans une situation précaire qui nécessiterait une aide importante ont été conduites dans la deuxième ville la plus pauvre du département qui ne dispose pas de moyens efficaces pour une telle prise en charge ?

Pourquoi n’y a-t-il que St Fons, parmi les nombreuses communes du Rhône (on pensera surtout ici aux communes disposant de moyens aisés) qui tente d’apporter des solutions aussi contestables soient-elles ?

Nous tenons à particulièrement insister sur le fait que contrairement aux idées reçues, la Fédération du Rhône, son président au premier plan, réfute toute complicité avec la Mairie de St Fons mais invite à repenser la question de l’insertion des rroms en globalité et non uniquement à l’échelle d’une seule commune.

Enfin, la Fédération du Rhône tient à rappeler son entier soutien à René Friart, Président de la section locale de la LDH et à l’ensemble des acteurs qui vivent des heures difficiles dans le combat qui est le leur, au quotidien.

Rofi Silvio, Président Fédéral

télécharger le communiqué (pdf)