A propos de l'expulsion des Roms de Saint Priest 15/05/2013

Section : Villeurbanne, Est- Lyonnais 

Maison Berty Albrecht 14 place Grandclément 69100 Villeurbanne

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La section de la Ligue des Droits de l’Homme intitulée : Villeurbanne-Est-Lyonnais ne saurait rester silencieuse devant l’expulsion qui frappe une nouvelle fois à Saint-Priest, en moins de neuf mois, les Roms, du terrain qu’ils occupaient sur le territoire de la ville .

S’agit-il là d’une application zélée des propos scandaleux ( sans un mot pour les morts) tenus par le Ministre de l’Intérieur : Manuel Valls, lors de sa visite sur le site incendié du squat à Lyon 8ème ce lundi : «  Il faut poursuivre ce travail de démantèlement et d’évacuation des campements ou des squats en trouvant à chaque fois des solutions qui soient dignes des personnes humaines et qui soient fermes en appliquant les lois de la République », paroles, qui, dans l’intégralité de leur contenu, ne peuvent qu’interroger la Ligue des Droits de l’Homme !  

La Ligue des Droits de l’Homme, au vu de la façon dont toutes les expulsions se sont passées depuis la parution de la circulaire interministérielle initiée par Monsieur Valls, est dans l’obligation de constater que, dans son propre champ d’action, le ministre ne respecte même pas les « lois »de la République que constituaient les garanties humaines préconisées par son texte officiel : « proposer des solutions d’accompagnement … ce qui suppose l’établissement d’un diagnostic et la recherche de solutions dans différents domaines concernant l’insertion des personnes : scolarisation, santé, emploi, logement/mise à l’abri . » Sur les terrains nous n’avons jamais vu rechercher ces fameuses « solutions dignes des personnes humaines » !

La Ligue des Droits de l’Homme souhaiterait que Monsieur Valls honore toutes les dispositions prises dans le cadre de sa propre circulaire au lieu de n’en appliquer que l’aspect répressif et attentatoire au respect de la dignité et de la liberté des personnes concernées.

La Ligue des Droits de l’Homme se fera un devoir de rappeler à chaque fois à Monsieur Valls le respect des engagements pris dans le cadre de sa fonction de ministre socialiste dans un gouvernement socialiste.

 

Villeurbanne le 15 mai 2013