Tchetchénie 5 Juin 2018

"Vive la France !" A Paris, les Tchétchènes se désolidarisent du djihadiste Khamzat Azimov

Une manifestation de Tchétchènes, à Paris le 3 juin 2018.

Des Tchétchènes se sont rassemblés ce dimanche pour protester contre "l'hystérie anti-tchétchène" qui se développe depuis l'attentat du 12 mai à Paris.

Sur la place du Palais-Royal à Paris, aux côtés de drapeaux français, flotte l’étendard de la République d’Itchkérie, le nom de la République "indépendante" de Tchétchénie. Il est vert, comme celui de l’islam, souligné de bandes rouges, comme le sang versé pour la liberté, blanches comme l’espoir et frappé du loup représentant la liberté. Ils sont quelques centaines, venus de la région parisienne, du Mans, de Nice, de Strasbourg, d’Angers, etc. En ce dimanche 3 juin, pour la première fois depuis qu’ils se sont réfugiés en France, il y a une vingtaine d’années, afin d’échapper aux sanglantes guerres d’indépendance perdues contre la Russie, les Tchétchènes de l’Hexagone manifestent.

D’un côté, les hommes portent souvent un petit collier de barbe soignée. De l’autre, les femmes sont en tenue traditionnelle, grande robe bariolée, foulard sur la tête. Ils ont tous des mines graves, le visage tendu. Certains tiennent des panneaux : "Nos condoléances", "Tchétchènes contre le terrorisme". D’abord et avant tout, ils veulent montrer qu’ils condamnent, sans aucune ambiguïté, "l'acte isolé" commis, le 12 mai dernier, par l'un des leurs. Khamzat Azimov, un Tchétchène de 20 ans naturalisé français, avait, dans le quartier tout proche de l’Opéra, tué une personne et blessé quatre autres en les poignardant avec un couteau de cuisine.

"Hystérie anti-tchétchène"

Ce crime avait été revendiqué par l’Etat islamique. C’est le premier attentat commis par un Tchétchène en France. C’est le second dans le monde occidental : en 2013, à Boston, les frères Tsarnaev, d’origine tchétchène, qui s’étaient aussi autoradicalisés, tuaient trois personnes dans un attentat à la bombe. Sous le choc de l’attentat de l’Opéra, la diaspora tchétchène de France, quelque 30.000 personnes, divisée, dispersée, très peu organisée, se réveille.

Tout à coup, ils crient : "Vive la France ! Vive la France". Ces indépendantistes tchétchènes, écrasés dans un bain de sang par Moscou, sont ici pour montrer que, non seulement ils condamnent le terrorisme, mais pour exprimer leur reconnaissance à la République française qui leur a accordés l’asile. Mais les Tchétchènes réfugiés en France veulent aussi dénoncer ce qu’il appelle "l’hystérie anti-tchétchène" qui s’est emparée d’une partie de la presse après le drame sanglant de l’Opéra. La responsabilité de l’attentat est retombée sur l’ensemble de la communauté.

Les titres ont fleuri dans les médias sur "la nébuleuse terroriste tchétchène", sur "la filière terroriste tchétchène" qui n’a jamais existé, même si quelques jeunes Tchétchènes sont partis de France, en solitaire, pour se battre en Syrie au côté des islamistes. Un des organisateurs de la manifestation souligne : "la responsabilité collective d’actions illégales d’une personne ne fait pas partie des principes de l'état de droit".

"Inciter nos jeunes à la prise de conscience"

Dans la foule immobile, un enfant tient à bout de bras une banderole : "Nous ne sommes pas des terroristes. Nous sommes victimes du génocide". Les deux guerres d’indépendance de Tchétchénie pour se libérer de la Russie (1994-1996 et 1999-2009) ont fait quelque 100.000 morts pour moins d’un million d’habitants.

Ils ont fui ce massacre. Jugeant sacro-sainte l’hospitalité qu’ils doivent donner et, plus encore, celle qu’ils ont reçue en France pour échapper au carnage dans le Caucase russe, tous les participants jugent l’action terroriste de jeune Khamzat Azimov contraire à la fois aux traditions tchétchènes et à l’islam.

Cependant, même si l’attentat de l’Opéra est un acte isolé, tout le monde ici craint qu’il ne se reproduise, que d’autres jeunes Tchétchènes à la dérive ne cèdent aux sirènes de l’islamisme radical. Un responsable de la communauté estime que la diaspora doit activement collaborer avec les forces de l’ordre. Les organisateurs de la manifestation lancent un appel "à inciter nos jeunes à la prise de conscience", "à empêcher toute tentative de les impliquer dans une idéologie fausse et destructrice".

Jean-Baptiste NaudetLe Nouvel Observateur le 03 juin 2018