Retrait du projet Macron sur l'immigration et l'asile !

Depuis l’élection de Macron, la répression envers les exilés s’est considérablement renforcée : contrôles au faciès, contrôles aux frontières et hausse des expulsions. Sous prétexte de lutte antiterroriste, le nombre de personnes enfermées en centre de rétentionadministrative (CRA) a été multiplié par deux. Cela s’accompagne de la violation massivedes droits des personnes privées de libertés et vade pair avec la poursuite de l’offensivecontre les acquis sociaux.
 
Le 11 janvier, le gouvernement a exposé aux associations les dispositions essentielles de son projet de loi présenté en février en conseil des ministres. Il est conforme auprogramme de Macron.
Le leit motiv d’E. Macron et de son exécutant G. Collomb est de“mieux maîtriser les flux migratoires”.
Il s’agit de faire du tri entre les bons, ceux qualifiés de “vrais demandeurs d’asile”et la masse des mauvais désignés “migrants économiques” pour lesquels doit s’appliquer une “vraie politique de reconduite aux frontières”. Et Collomb multiplie les actions de polices et les circulaires appliquant “les orientations du Président” avant même que le projet de loi soit présenté. C’est le cas notamment de la circulaire de décembre qui met fin à l'hébergement inconditionnel, en permettant aux agents de la préfecture et de l’OFII d’aller “trier” les réfugiés dans les centres d’hébergements d’urgence, lesquels relèvent de l’action sociale. Il s’agit donc d’expulser davantage, et mieux.